Comment faut-il AIMER ?

Publié le 04-04-2017

La chronique de "Madame tout le monde"

Mais qui est "Madame tout le monde" ? C'est une femme, un homme ou peut-être un(e) adolescent(e) avec des forces et des faiblesses, c'est vous, c'est moi... En bref, "Madame tout le monde" c'est nous tous. Elle est en quête permanente de bonheur.

Aujourd'hui, Madame tout le monde nous parle D'AMOUR. 
 

TROP OU PAS ASSEZ,

C'est juste comme cela qu'il ne faut pas aimer.

 

Parlons d'amour vrai, celui qui fait du bien.

 

Dès la rencontre, nous savons qu'il se trame quelque chose de différent. Si l'on parvient à écouter notre intuition, nous entendons rapidement le son d'un changement qui s'annonce.

Le meilleur reste la rencontre informelle, sans rencard calculé et formaté aux normes standards qui combatent le sentiment de solitude qui ronge la plupart des gens.

Lorsque la magie nous file un “coup de pouce” pour nous mettre sur le bon chemin, un jour ou un soir qui paraissait pourtant banal. Nous aurions alors tendance à nous sentir reconnaissant envers la vie qui nous récompense enfin. En réalité, ce n'est pas une récompense mais plutôt le résultat d'un lâcher prise et non d'un pur hasard.

2 ans, 1 an, 6 mois  auparavant, nos yeux ne se seraient peut-être pas posés sur cette personne particulière, encore trop focalisés sur le passé ou sur de faux critères. Finalement, l'amour est une question de timing et de maturité affective.

Cette personne déclenche une sorte d'intérêt fascinant. Elle occupe l'espace. Cela ne ressemble en rien à une obsession, ni à une pré-dépendance et encore moins à un coup de foudre... non non, c'est parfaitement lucide et naturellement agréable sans trop savoir pourquoi.

 

Beau, belle oui...mais il y aura toujours mieux. Ce n'est pas tant cela.

 

C'est plutôt une histoire de connexion qui s'établie entre deux âmes, deux corps, deux regards.

Ce soir là, il n'y aura pas assez d'horloges pour que le temps parvienne à reprendre son contrôle. Il s'arrêtera. Tout comme le froid sera chaud, la chemise sera parfaitement ajustée, les gens seront tous formidables et les talons confortables. Les débuts sont magiques. 

 

La base d'un vrai amour sur le long terme repose sur un choix volontaire.

Nous avons toujours le choix me direz-vous. Cependant, un choix volontaire est conscient, raisonnable et mature. Cette personne nous inspire et nous correspond. Elle n'est pas là pour combler un vide ou pour palier à un sentiment de solitude et encore moins, pour jouer le rôle d'un parent, bien qu'elle y fasse écho. Elle nous tombe simplement dessus, comme un bonus.

 

Souvent, cette personne est très différente de ce que nous avions imaginé plus tôt et c'est justement là que le charme peut opérer. Avec le recul, nous comprenons qu'elle est au contraire, tout ce que nous avons toujours désiré.

Elle est le miroir de notre propre état d'esprit, à l'image de la fameuse loi d'attraction. Nous attirons ce que nous pensons être bon pour nous. A ce titre, il est important de prendre conscience de nos énergies pour mieux les transformer.

Lorsque nous avons connu de nombreux abandons dès notre plus jeune âge, nous aurons tendance à réactiver ces schémas abandonniques pour rester fidèl(e) à ce que nous avons toujours connu. Cela est douloureux mais au moins, c'est familier. Lorsque nous avons vécu plusieurs déceptions, nous pouvons avoir tendance à devenir très rigide et donc peu ouvert à la différence ou à d'autres styles de personnalité. Tout comme se croire incapable de vivre seul(e) nous amène à nous rapprocher des premier(e)s venu(e)s.

Enfin, se convaincre que nous sommes totalement épanoui(e) seul(e) et se montrer  autonome peut en réalité, cacher une certaine peur de l'engagement et révéler un manque de connexion vis à vis de sa propre intimité affective.

 

Bien que "trop chercher l'amour" nous pousse à amplifier le contrôle qui est contre-productif, "ne pas le chercher" n'en demeure pas moins une action. Ne pas chercher, c'est déjà faire quelque chose en ce sens.

Il faut se montrer honnête envers soi-même. Réussir à s'avouer ses propres peurs ainsi que ses réelles envies est une chose difficile mais toujours utile. 

 

Parfois, la rencontre peut nous sembler précipitée à la suite d'une rupture. Notre mental, pris au dépourvu se met à douter et manque d'arguments mais lutter contre des émotions positives serait un pur gâchi. Il faut vivre ce qu'il y a à vivre.

Quant à la phase de séduction, elle est physiquement éprouvante. C'est une vraie nourriture affective. "Love is in the air" , me chantait mon amie Nicole.  Gardez cette mélodie en tête pour la suite de la lecture si vous souhaitez la vivre de l'intérieur.

Au supermarché, à la boulangerie, au travail, en famille, avant de dormir, au réveil... plus rien n'est pareil. C'est une comédie musicale en permanence.

 

Mais le plus dur consiste à dépasser la phase de séduction pour faire tomber les masques sans brutalité. Attention, cela est plus dur qu'il y paraît. Tout est subtilité : Etre naturel oui, négliger le glamour non.  Mettre en commun oui, dépendre non. Avoir une routine oui, s'ennuyer non. Aimer beaucoup oui, en souffrir non. Etre jaloux oui, posséder non.

 

TROP, c'est aliénant. "L'autre" devient l'objet d'une mission vitale. La personne est sur-investie, idéalisée et répond à l'ensemble des besoins. Cela peut même devenir malsain. Pour rendre possible cette dépendance, il faut être deux. Les personnes seront, chacune à leur tour, coupables puis victimes. Le "trop" est également synonyme de fusion qui nous amène à aimer ce que l'autre aime, à détester ce que l'autre déteste, à faire ce que l'autre aime faire, à s'éloigner progressivement de son individualité mais aussi de ses amis.  Les personnes peuvent se sentir amoureuses, passionnées et dépendantes mais elles ne s'aiment pas. Elles s'utilisent.

 

PAS ASSEZ, c'est la mort à petit feu. Il n'y a plus de couleur, tout est terne. L'ennui est partout, le vide est creux. C'est culpabilisant et le pire de soi-même se voit projeté sur "l'autre" rendu coupable de notre propre mal-être. De la même façon, personne n'est le prisionnier de l'autre. Les personnes doivent simplement trouver le courage de s'en aller pour recommencer. Elles ont beaucoup d'affection l'une pour l'autre mais ne s'aiment pas. Elles s'utilisent.

 

Le TROP peut devenir le PAS ASSEZ et l'inverse est tout à fait possible également.

 

JUSTE COMME IL LE FAUT, c'est l'équilibre.

L'amour est omniprésent  mais laisse assez d'énergie pour penser à d'autres projets. Il ne prend pas toute la place et ne crée aucune obsession. Il est léger et rend heureux.

La journée se déroule sereinement et le soir est un moment de retrouvailles bienveillantes et excitantes. Pour l'un, comme pour l'autre. Vous êtes à la bonne place, au bon moment, avec la bonne personne.

Le meilleur de vous-même rejaillit sur “l'autre”. 

Cette personne, vous l'admirez. Non pas pour ce qu'elle renvoie à votre entourage mais pour l'effet qu'elle produit sur vous. C'est authentique. Vous vous sentez libre mais engagé. Sexy mais pas vulgaire. Compris mais pas jugé. Beau mais pas que.

Les nombreuses disputes font grandir et les difficultés deviennent des axes de développement mais un simple barbecue un soir d'été en tête à tête prend une allure de soirée parfaite. Vous vous autosuffisez !

"L'autre" n'est pas qu'une personne de confiance à vos yeux, elle est également l'objet d'un désir charnel lié à la séduction et au mystère qu'il faut savoir entretenir avec les années de vie commune et notamment après l'arrivée des enfants. 

Ce choix n'a pas été fait par dépit, cette personne vous l'avez bel et bien choisie par pure attirance physique et attraction mentale, les deux composantes essentielles à l'amour. S'il manque l'attirance physique, cela ressemblera à une amitié. S'il manque l'attraction mentale, cela ne dépassera pas les rendez-vous sexuels. 

 

 

L'amour et les relations amoureuses sont des sujets complexes. Il y aurait des lignes et des lignes à écrire mais commencer par prendre conscience du niveau d'intensité d'engagement au sein du couple est déjà un énorme pas. Le "trop", le pas assez" ou le "juste comme il le faut" sont les bases et permettent de comprendre quelle est la nature de la relation. S'agit-il d'une dépendance ou d'un amour sain ? 

 

Il est parfois difficile de trouver autour de soi  des "modèles" de couples libres et inspirants. Beaucoup de "TROP" ou de "PAS ASSEZ". L'équilibre, c'est à vous de le créer avec vos propres ingrédients.

"Nous ne ferons plus qu'un" est une expression bourrée d'illusions. 1 + 1 feront toujours 2.

Ne l'oubliez pas, ne vous oubliez pas. Etre seul mais à 2, voilà tout l'enjeu.

 

Enfin, l'amour pourrait être l'équivalent d'une cerise que l'on déposerait sur un beau et bon gâteau. Seul(e), préparez votre gâteau de vie. Chosissez vos ingrédients avec soin.. à base d'expériences, de valeurs, de principes, de rêves et d'envies personnelles... ajoutez-y un peu de sucre et le voilà prêt

En trouvant l'amour, ce sera "la cerise sur le gâteau".

Rien de plus, rien de moins et énormément de saveurs !

Si la cerise disparaît, il vous restera le gateau. Autrement dit, le plus important : VOUS ! 

 

Rien est jamais acquis, gardez bien votre recette à l'esprit.

 

Bon appétit les gourmands 🍒

 

 

~ Madame tout le monde n'est pas parfaite mais elle est incroyablement vivante ~

- M - 

 

 

Retrouvez tous mes articles